image-11222993-Tsarpenaï-8f14e.png
Tsarpenaï.
BIOGRAPHIE
Tsarpenaï est un mot du patois suisse-romand qui signifie “ébouriffé” ou “mal coiffé”, un mot des montagnes qui raconte les coiffures défaites lors de l’oubli de soi, passage du sommeil à la veille, folie passagère, rêve. C’est dans cet espace entre la nuit et le jour, entre musique écrite et improvisée, entre chanson à texte et voyage sonore qu’évolue le trio de musiciens depuis 2011. Au sein de ce trio, Jean-Philippe Zwahlen joue de la guitare baryton, un instrument né de l’hybridation d’une basse et d’une guitare, source de rythme et de mélodies, Francesco Miccolis joue d’une batterie aux sons organiques et d’objets sonores non-identifiés et Béatrice Buma raconte et chante des histoires de cailloux, de bain de minuit ou de maux inventés parfois accompagnée d’effets numériques gérés en live.
Texte:​​​​​​​
Guy Clerc @  Images 

image-11070983-2013-c9f0f.png
 Conception le 22  mai 2021
PAGE 416