Guy Clerc @ Images Galerie 1.

Il pourrait paraître saugrenu d’aller se balader dans les allées d’un cimetière. Et pourtant, c’est bien dans cette optique que son architecte, Alphonse Laverrière, a imaginé le cimetière du Bois-de-Vaux. N’hésitez donc pas à vous attarder le long de ses rangées d’arbres ou au bord de l’un de ses bassins.

Un brin d’histoire

L’idée de la construction d’un nouveau cimetière à Lausanne fait son chemin au début du XXe siècle, alors que la Ville connaît une période de forte croissance démographique et que ses cimetières ne disposent plus de place en suffisance. Par soucis de rationalité, les autorités décident de réaliser un vaste et unique lieu d’ensevelissement sur un site écarté du centre, l’ancienne campagne du Bois-de-Vaux. Le concours est lancé en 1919 et les travaux du projet retenu commencent en 1922. Ils s’achèveront presque 30 ans plus tard, en 1951, et Alphonse Laverrière en aura suivi toutes les étapes. Son dernier dessin pour le cimetière est même daté de mars 1954, quelques mois avant son décès.

Les points d’intérêt

Les autorités vaudoises ne s’y sont pas trompées en inscrivant le cimetière du Bois-de-Vaux à l’inventaire cantonal des monuments historiques. Avant lui, le Conseil international des monuments et des sites, qui dépend de l’UNESCO, l'avait également recensé dans sa liste des jardins historiques. Il faut dire que l’endroit est unique. Puisant largement son inspiration dans le courant néo-classique, Laverrière fait la part belle à la symétrie. Il met sur un pied d’égalité les nombreux éléments construits et le décor végétal pour créer des lignes de perspectives originales. Il réussit également à dompter la pente en créant des terrasses dont les murs de soutènement abritent des columbariums, qu’il pressentait comme ayant de l’avenir.


Durable

Depuis 2010, les jardiniers ont abandonné les produits chimiques de synthèse pour l’entretien du cimetière. L’idée est de tester de nouveaux moyens de lutte contre les herbes folles, plus respectueux de l’environnement.


Les curiosités naturelles

On attend souvent d’un cimetière qu’il soit entretenu à la perfection. Le cimetière de Bois-de-Vaux ne déroge pas à la règle. Les haies – on en compte 40 km – sont taillées régulièrement et les massifs floraux profitent de soins quasi constants. Mais la nature trouve aussi des endroits pour exprimer toute son exubérance. De belles prairies fleuries bordent le cimetière et en occupent les zones désaffectées. Des ruches ont été installées dans la partie la moins fréquentée. Les très nombreux arbres accueillent une avifaune riche et variée tandis que blaireaux, renards, écureuils et hérissons trouvent refuge dans les buissons et les haies.

Les équipements

  • des bornes didactiques;
  • des bassins avec poissons;
  • des WC publics.


image-8707127-07_06_2016_Divers_Laausanne_96370.w640.JPG
image-8707136-09_05_013Vipérine_Echium_vulgare_TR_00013.w640.JPG



Guy Clerc @ Images.
Guy Clerc @ Images Galerie 2. Pins Noir d'Autriche.
Guy Clerc @ Images Galerie 3.