image-11167931-Cathédrale_St-Nicolas_Fribourg-8f14e.png
Cathédrale St-Nicolas Fribourg.
La légende prétend que si sa tour de 74m n'est pas achevée, c'est parce que l'on manqua d'argent. Joyau du gothique, la Cathédrale St-Nicolas de Fribourg fut construite entre 1283 et 1490.
Il est possible d'escalader les 365 marches pour atteindre le sommet de la tour, haute de 74m, et d'y découvrir la ville dans son ensemble. La Cathédrale St-Nicolas de Fribourg possède un riche décor architectural. Le portail principal est orné d'un bas-relief représentant le Jugement Dernier.
Les vitraux, créés par le peintre polonais Jozef Mehoffer entre 1896 et 1936, constituent l'un des ensembles les plus importants du continent européen dans le domaine du vitrail religieux Art Nouveau. L'ensemble fut complété pendant les années 1970 par les oeuvres du peintre français Alfred Manessier.
Les orgues réunissent les caractères classiques et romantiques. L'ensemble est l'oeuvre du facteur d'orgues local Aloys Mooser, 1824-34. Ses instruments ont très vite acquis une réputation internationale qui attira des musiciens célèbres tels que Franz Liszt et Anton Bruckner.
image-11168021-Mise_au_tombeau-9bf31.w640.png
Mise au tombeau
de la cathédrale Saint-Nicolas de Fribourg
Rue des Chanoines, Fribourg, Suisse.
La chapelle du Saint-Sépulcre abrite une œuvre d'importance européenne: un groupe de treize statues grandeur nature, en molasse polychrome, figurant la mise au tombeau du Christ après sa mort sur la croix. En fait, plutôt que la transposition de l'épisode transmis dans les évangiles, il semble qu'elle figure plutôt une « levée de corps ».
La particularité de la mise au tombeau fribourgeoise tient à son caractère monumental et au fait qu'elle figure parmi les premières manifestations de ce genre en Europe. C'est sans doute Jean Mossu, bourgeois de Fribourg et recteur de la fabrique de Saint-Nicolas, qui est à l'origine et de la chapelle qui porte son nom, et de cette mise au tombeau. La date de 1433, gravée sur la table du sarcophage, n'indique pas forcément la date d'achèvement du groupe, qui date tout de même de la fin de la première moitié du 15e siècle, même si on ignore le nom de son auteur. Le groupe de statues occupe l'emplacement actuel depuis 1942, date à laquelle on a procédé à un réaménagement de la chapelle: jusqu'alors, la chapelle était divisée en deux étages (1646) et les statues se présentaient dans une grotte (1878); elles ont même été disposées, un temps, dans la travée sud-est de la chapelle.
La scène présente Joseph d'Arimathie (à droite) et Nicodème (à gauche), en costume du 15e siècle, tenant un linceul sur lequel repose le Christ, vêtu d'un simple pagne. Derrière se tient sa mère éplorée, soutenue par l'Apôtre Jean et entourée des deux autres Marie. Marie-Madeleine, les cheveux défaits, tient un flacon contenant les huiles nécessaires à l'embaumement. Sur les côtés, deux anges vêtus d'un habit liturgique portent les instruments de la passion (fléau, colonne, croix et clous). Devant la mise au tombeau se tiennent trois soldats endormis, en référence à l'évangile du matin de Pâques

Texte:
NFORMATION
Unité pastorale Notre-Dame Cure de St-Nicolas 
Rue des Chanoines 3
1701 Fribourg
    +41 26 347 10 40
    info@cathedrale-fribourg.ch
    www.stnicolas.ch/
 
Guy Clerc @  Images 

image-11070983-2013-c9f0f.png
 Conception le 27 avril 2021
PAGE 352