Payerne.


Adresse

Administration communale
Rue de Savoie 1
Case postale 112
1530 Payerne

Tél  : +41 (26) 662 66 26
Fax : +41 (26) 662 65 27

image-8751569-65px-Payerne-coat_of_arms.svg.png

Payerne.

Difficile de faire plus imposant: le centre médiéval de Payerne est dominé par une ancienne et monumentale abbatiale du XIe siècle.

C'est le plus important témoignage de l'art roman en Suisse, un fleuron de l'architecture clunisienne et la principale curiosité d'une petite ville au passé chargé d'histoire. L'abbatiale et son musée accueillent toute l'année d'importantes expositions de peinture ainsi que des concerts de haute tenue. 

Grâce à son emplacement proche du lac de Neuchâtel, non loin des réserves naturelles de la Grande Cariçaie, la ville offre de nombreux loisirs aux amoureux de la nature. Et si votre estomac se met à réclamer après une journée passée au grand air, rentrez vite vous régaler des charcuteries locales, réputées bien au-delà des anciens remparts de la cité.

Guy Clerc @ Images, galerie 1.

La REINE BERTHE est à l’origine de la fondation du monastère de Payerne qui devint ensuite l'Abbatiale. Pour retracer son histoire, il faut remonter au 10 e siècle, à l’époque où la région faisait partie du grand Royaume de la Bourgogne transjuranne et où les rois guerroyaient pour étendre leurs territoires et imposer aux autres leur suprématie.

Rodolphe II, alors roi de Bourgogne à cette époque fait partie de ceux-là.

En 918, il s’attaque aux territoires de Germanie et combat le puissant duc Bourcard de Souabe. La partie n’est pas facile et les deux adversaires finissent par lâcher les armes pour conclure une alliance. Ce fut concrétisé en 921 par le mariage de Rodolphe II et Berthe, qui était la fille de Bourcard de Souabe. Ils régnèrent tous les deux en Italie à Pavie et Berthe donne trois descendants au rois :Conrad (dit plus tard « Le Pacifique »), Adélaïde, future impératrice de Germanie et Rodolphe qui régentera plus tard les terres d’Alsace.

En 926, les « ogres » hongrois s’en prennent au Royaume et Rodolphe meurt au cours d’une bataille. Le 2 ème roi d’Italie, Hugues d’Arles, comprend tout de suite le profit qu’il pourrait tirer de cette situation. En effet, Berthe, restée seule avec les enfants et face aux luttes de pouvoir et aux intrigues de la Cour, trouve en lui le mâle salvateur.

En 937 le mariage a lieu et Hugues n’a d’yeux que pour le successeur du trône, le petit Conrad alors âgé de 12 ans seulement. Dans la foulée, il fiance son fils Lothaire à Adélaïde. Mais les rois belliqueux de l’époque ne l’entendent pas de cette oreille. Otton 1 er roi de Germanie comprend le danger de la réunification du royaume d’Italie et fait enlever Conrad qui grandit captif à la cour germanique.

Il épousera encore plus tard, Adélaïde, veuve de Lothaire, et en fera la première impératrice de l’Empire germanique.

Et Berthe alors ? C’est à partir de cette époque troublée qu’elle vient élire domicile dans nos contrées. Bien qu’étant reine et épouse incontestée de Hugues, elle décide de fuir la cour et les nombreuses concubines du roi. C’est en femme blessée et délaissée qu’elle revient au monastère de Payerne pour espérer enfin y trouver la paix et la sérénité. Mais la guerre avait fait son lot de ravages et les « sarrasins », pirates espagnols, pillards et paillards n’avaient de cesse de harceler la population de paysans qui résistaient tant bien que mal. Berthe décide alors de reprendre les choses en main. Elle soulève une armée pour bouter les sarrasins hors du territoire, fait appel aux moines bénédictins de Cluny pour reconstruire le monastère et apprend aux femmes à filer la laine pour en tirer profit. Dès lors, la légende naît de cette reine, parcourant ses terres à cheval, filant sa quenouille et semant ses bienfaits.

Nombres d’anecdotes restent connues de nos jours et hantent toujours la mémoire régionale, c’était le « bon vieux temps où la Reine Berthe filait… » L’histoire nous dit encore qu’en 963, Berthe, sentant sa fin arriver, fit venir sa fille, Adélaïde l’Impératrice, afin de lui faire part de ses recommandations quant à l’avenir du monastère payernois ainsi qu’aux autres couvents qu’elle fit ériger. Le fameux testament de la Reine Berthe que l’on pense achevé par sa fille et les moines contribua à nous léguer ce site magnifique qu’est l’Abbatiale née de la volonté d’une reine dirigeante qui n’ voulu en fait que le bien de son peuple !

image-8751647-2010_Ville_Payerne_Eglise_réformée_Tombeau_reine_Berthe_35713.JPG
image-8751650-2010_Ville_Payerne_Eglise_réformée_Tombeau_reine_Berthe_35712.JPG