la promenade archéologique.
La découverte en 1975 d'un secteur des thermes publics de l'insula 2, comprenant notamment un grand hypocauste (J), une salle de chauffe (F) et des latrines (L), amena la Commune à renoncer à construire à cet emplacement le nouveau local des pompiers projeté. Le terrain fut alors acquis par la Confédération, en même temps que l'ancien stade contigu, sous lequel se situe le forum de la ville antique.
La poursuite de fouilles limitées permit de mettre en évidence la rue de la Basilique, large de 14 à 15 mètres, sous laquelle courrait un impressionnant égout voûté ainsi que des locaux privés, destinés à des activités commerciale ou à l'habitat (1 à 8, M à T).
A long terme, il est prévu de mettre en valeur tout le centre de la ville romaine; c'est dans cette perspective que l'on a conservé, sous une dalle protectrice supportant les jardins " suspendus " de l'immeuble " villa Minerva ", les vestiges, sur plus de 800 m2 d'une partie (la moitié ?) d'une grande maison, une domus, appartenant assurément à un notable, ainsi qu'un secteur apparemment industriel; ils sont encore en cours d'exploration, mais on peut les visiter dans le cadre de visites accompagnées.
A l'occasion des travaux de couverture de la patinoire, qui recouvre une grande partie des thermes publics, on a pu dégager en 1981 un caldarium (CA) dont l'infrastructure est particulièrement explicite, ainsi qu'une cave (T) construite vers le milieu du Ier s. apr. J.-C., soigneusement obturée et comblée 3 ou 4 décennies plus tard. Ces deux éléments ont été conservés et mis en valeur sous les angles ouest et nord de la patinoire; ils ne sont également accessibles qu'à l'occasion de visites accompagnées.
image-8672858-chambre.png
image-8672861-09_Juillet_2012__Martigny_ruine_romaine_56430.JPG
Guy Clerc @ Images.


Le tepidarium.

Dans l'Antiquité romaine, le tepidarium était la partie des thermes où l'on prenait des bains tièdes. Les archéologues connaissent depuis 1974 l'existence des thermes de Martigny, et en particulier de son tepidarium, découvert puis réenfoui après la construction de la rue du Forum, devant le parking de la Fondation Pierre Gianadda. Depuis 2011, les vestiges du tepidarium sont mis en valeur, abrités et reliés symboliquement à la Fondation par une colonnade et un plan d'eau.
Le tepidarium de Martigny a la particularité d'être très bien conservé. On repère facilement le système de chauffage. Le bassin lui-même est étonnamment bien conservé. À l'intérieur du pavillon, les visiteurs découvrent le récit de la bataille d'Octodure par Jules César. Cette bataille a opposé les troupes romaines aux Véragres et aux Sédunes en 57 avant J.-C. Des copies de bustes de Jules César et de l'empereur Claude donnent vie à cette évocation. Le buste de César est la reproduction d'une tête en marbre découverte en 2007 dans le Rhône à Arles. La tête de l'empereur Claude est celle mise au jour dans le théâtre antique de Vaison-la-Romaine, ville jumelée à Martigny. Devant le pavillon, l'emplacement des murs principaux des thermes est indiqué par des bandes de pavés de couleur anthracite.
Situé au centre des vestiges archéologiques de Martigny, proche à la fois de l'Amphithéâtre, de la Domus Minerva, du Mithraeum ou encore du musée gallo-romain conservé dans la Fondation Pierre Gianadda, le tepidarium témoigne d'une ville antique bien équipée et à la vie sociale riche.