PULLY .
Texte @ Ville de Pully et Lausanne.

Guy Clerc @ Images.
Histoire.
De la préhistoire au xxie siècle, Pully n’a cessé d’être habitée depuis que l’homme de Chamblandes de l’époque néolithique y a établi ses quartiers : les archéologues ont découvert à Chamblandes le plus important ensemble de tombes de l'époque néolithique connu à ce jour en Suisse. Plus tard, ce sont les romains qui marqueront leur passage, en particulier un dénommé Pollius qui aurait donné son patronyme à Pully. Les vestiges d'une villa romaine censée lui avoir appartenu sont encore visibles, et constituent la principale attraction du musée romain de Pully5. En 1886, Pully se dote d'un bureau de télégraphe6, et la première télégraphiste nommée à ce poste fut Mme Charlotte Müller7. Le 3 mai 1902, pour la première fois, le village de Pully a été éclairé à l'électricité. L'effet a été satisfaisant, chacun a pu se convaincre de l'immense supériorité de cet éclairage par rapport aux lampes à pétrole8,9. La Maison Pulliérane a fini d'être construite en novembre 1952, et a été inaugurée le 24 octobre 1953. Elle est l'œuvre notamment des architectes Robert Stoll et Robert Oguey, et de l'ingénieur Auguste Birschmeiler. Elle fut construite à l'emplacement de l'ancienne Grande Salle qui avait servi de 1902 à 1951 et qui appartenait au départ au Chœur d'homme et l'Orchestre avant que la commune en devienne propriétaire en 191810,11. Pour éviter que la masse imposante de la Maison Pulliérane compromette les lignes harmonieuse de l'historique Prieuré par du béton armé, il a été décidé, pour sa fabrication, d'utiliser notamment de la molasse ainsi que de la pierre Molière. La molasse fut extraite des carrières d'Ostermundigen, et la pierre Molière à Estavayer-le-Lac. Les revêtements intérieurs du rez-de-chaussée est composé de pierre de Gard, et le sol du passage voûté est revêtu de granit de Tessin. Le bas-relief "Les Vignerons" et les sept clés de voûtes sont l'œuvre de Pierre Blanc12,13,14. De village de vignerons, de pêcheurs et d'agriculteurs, Pully, ayant « éclaté » entre 1950 et 1970, est devenu une ville de 16 000 habitants. La construction de nombreux immeubles résidentiels en fait une espèce de « banlieue » résidentielle chic de Lausanne. Nombre de personnalités, peintres, romanciers, musiciens, hommes de sciences et poètes y ont vécu et contribué au rayonnement de la ville : le poète et écrivain Charles-Ferdinand Ramuz tout comme l'auteur dramatique Jean Anouilh, le musicologue Paul-André Gaillard15 et le compositeur montagnard Émile Blanchet, le cinéaste Henri Verneuil, le peintre Raoul Domenjoz, le philosophe Arnold Reymond, le général Henri Guisan, le vigneron et dramaturge Edouard Borgeaud, le politologue et historien Pierre du Bois de Dunilac, et bien d'autres encore.

Guy Clerc Galerie 1 @ Images.

La Vuachère, corridor biologique Ce cours d’eau s’écoule tranquillement dans un vallon bordé d’arbres sur tout son cours. Cela peut sembler bien naturel, mais elle est pourtant la seule rivière lausannoise à avoir connu un sort aussi favorable. Les deux autres, le Flon et la Louve, dont le destin sera décrit plus loin, n’ont pas eu cette chance: sacrifiées à l’urbanisation et à l’industrialisation, elles ont toutes deux disparu de la surface, laissant la Vuachère seule visible.
Guy Clerc Galerie 2 La Vuachère @ Images.

Malgré un fort accroissement de sa densité, surtout aux XIXeet XXsiècles, Lausanne a su maintenir quelques ponts naturels reliant la nature environnante au coeur de son agglomération. La Vuachère, qui marque la limite entre les communes de Lausanne et de Pully, est un de ces corridors biologiques. Elle offre ainsi abri et relais à de nombreuses espèces animales et végétales.

Lors des travaux d’aménagement du Flon en 1996, une partie des eaux claires du Flon a été détournée vers la Vuachère, en amont de la ville. Si la vocation première de cet aménagement était de soulager la STEP (station d’épuration) de Vidy, il a également permis d’augmenter le débit de cette rivière alors fréquemment à sec. Cet apport inespéré a grandement favorisé la vie aux abords du cours d’eau.

Un sentier didactique présentant cette rivière a été créé en 2006. Si vous souhaitez le découvrir, vous pouvez l’emprunter depuis le parc du Denantou, de l’autre côté de la route. Une brochure est disponible à l’office du tourisme de Lausanne ou sur internet.











Eglise du Prieuré